Editorial : Mettre fin au cauchemar, vite !

Editorial du Monaco Business News 53 (octobre 2015)

Monaco se porte bien. L’économie monégasque est attractive, c’est indéniable. Pourtant il se pourrait bien que l’emploi à Monaco soit victime de son succès, et que la situation insupportable des accès à la Principauté devienne un mal de plus en plus profond. Ce que les salariés vivent à raison comme un fléau commence déjà à agir sur l’image que renvoie le poumon économique de la Côte d’Azur au sens large. Face à une situation qui se dégrade d’année en année, à mesure que l’économie et l’emploi monégasques se développent, la FEDEM a décidé, comme ce fut le cas il y a déjà quelques années, de faire la synthèse de la situation, et de donner la parole aux acteurs, avant que les autorités publiques n’en viennent à prendre un relai politique nécessaire, voire vital.

Nous sommes tous concernés. Les conséquences de ces difficultés d’accéder à leur lieu de travail pour des dizaines de milliers de salariés sont visibles. Tous les jours, sous stress pour ceux qui arrivent par la route, et avec une fatigue supplémentaire pour ceux qui osent le train ou le bus, ils se retrouvent dans un cycle infernal, avec bien sûr une productivité altérée et des rythmes de vie qui font toucher le plus souvent du doigt les limites de l’organisation personnelle ou familiale.

Nous ne fonctionnons pas en économie fermée. Il faut que les acteurs, responsables et décideurs, soient proactifs, prennent le problème à bras le corps, et fonctionnent en équipe pour trouver des solutions qui existent : elles sont nombreuses, variées et stratégiquement optimales pour certaines. Si Monaco est un pays à part dans le monde, il doit aussi le prouver par sa capacité à être le moteur d’un dossier qui s’interprète en 3D, comme un État interconnecté et efficace, moderne et performant avec ses interlocuteurs.

La FEDEM avec ce dossier spécial joue son rôle de lanceur d’alerte, d’organisation proactive, d’élément accompagnant pour résoudre d’urgence ce qui peut l’être vite, pour le bien de nos entreprises, de leurs salariés, et à terme du budget de l’Etat …

Le Président

Philippe Ortelli